“Le Sénégal est prêt à élire une femme à la Présidence”, affirme Mimi Touré

147

“Pourquoi pas ?”, s’est répondu l’ancien Premier ministre Aminata Touré, à la question du journaliste de Jeune Afrique. Avant d’ajouter: “ Je considère que le critère prédominant n’est pas le genre (homme ou femme) ni même avant l’âge, mais avant tout l’offre politique, le projet et la personnalité. Des femmes ont occupé de hautes fonctions en Afrique avant la colonisation Et par la suite on a vu au Sénégal certaines d’entre elles défier le colonisateur Faidherbe et laisser leur nom dans l’histoire de notre pas comme Djeumbeut Mbodj ou Ndatté Yalla

“Benazir Bhutto a bien dirigé le Pakistan”

Selon l’ex-présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), les populations sénégalaises ont surmonté cette barrière des questions de genre. Elle en veut pour preuve le pourcentage de femmes à l’Assemblée nationale au Sénégal qui dépasse ceux des pays occidentaux comme les USA et la France.
Dans des circonscriptions réputées très conservatrices des Sénégalaises ont été élues en battant des hommes qui semblaient devoir les devancer dans les urnes Ce qui intéresse les électeurs avant tout c’est de cerner la nature de la personne et ce qu’elle a à offrir au pays. La question du genre est un faux débat qu’on nous impose. Pour preuve il y a 48 % de femmes l’Assemblée nationale du Sénégal, une proportion que n’atteignent ni la France ni les États-Unis Et qu’on ne me dise pas que l’Islam sert un obstacle Benazir Bhutto  bien dirigé le Pakistan C’est pourquoi j’invite toutes les femmes à assumer leurs ambitions sans complexes“, confie-t-elle dans un large entretien avec le magazine Jeune Afrique.

“En politique, l’ambition n’est pas un délit”

Mimi Touré qui ambitionne certainement de briguer la magistrature suprême, affirme être prête à montrer l’exemple aux femmes sénégalaises. “Oui bien sûr ! Et je suggère aux femmes de bâtir des coalitions avec la jeunesse car voilà deux groupes de la population qui aspirent au changement et qui sont généralement marginalisés. De telles alliances sont nécessaires pour favoriser l’accélération du changement en Afrique”, a déclaré, l’ancienne Garde des Sceaux pour qui, “en politique l’ambition n’est pas un délit u contraire. Dans un système politique concurrentiel on ne reste pas assis à regarder passer les trains. Un politicien sans ambition, c’est un politicien qui ne vous dit pas la vérité

PARTAGER
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments