Le pont de yoff méconnaissable (Par Baba Tandian)

314

Pourquoi les partisans Diouf Sarr salissent le chef d’œuvre du Président Macky Sall à Yoff et le candidat maire ne réagit pas

Le président Macky Sall a offert un joyau au village de Yoff, un auto-point à coup de milliards à hauteur du rond-point Mamadou Diop. Un joli chef d’œuvre bien construit. Où pour la première fois depuis des années, les familles de Yoff peuvent enfin flaner avec leurs enfants sur cet esplanade, un vrai cadre de vie pour les populations de Yoff qui en révaient.
Les partisans de Diouf Sarr viennent nous saoûler avec des affiches. Ils ont détruit le décor et la peinture tout au tour. Ils ont transformé l’espace public de Yoff, le seul d’ailleurs fréquentable, en ghetto. Les partisans du ministre et candidat de la mouvance au pouvoir, ont ouvert la voie à d’autres candidats qui étaient jusque-là civilisés. Birame Gningue en a fait pire avec des graffitis à faire vomir. Lui, Birame nous lui décernons un carton super rouge aussi grand que le nouveau stade de Diamniadio pour avoir autorisé ses partisans à taguer les bacs à fleurs. Incoyable. Le candidat de Yewwi Askan Wi, Seydina Issa Laye Thiaw, leurs a déjà emboîté le pas aussi.
Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable à savoir faire travailler les menuisiers du village pour confectionner des plaques de bois autour des poteaux du pont et des bacs à fleurs pour y coller leurs affiches qui sera facile
à nettoyer après.

Demain, cet auto-pont et le bel espace public qui l’entoure seront un cimetière d’affiches et de graffitis avec du tout et du n’importe quoi ; une vilaine image d’un mauvais savoir vivre que certains politiciens nous imposent.
Quand des candidats à la mairie manquent de civisme de cette manière, il ne faut pas s’attendre à ce que le peuple en démontre moins. Je ne crois pas un seul instant que le Président de la République, soucieux de notre cadre de vie (voire tous ses ponts et rond-point fleuris, réalisés depuis plus d’un an et que dire du cleaning day ?) puisse cautionner que des candidats
puissent souiller ses œuvres.
Pierre Desproges disait que “l’habit d’un homme proclame ce qu’il fait, sa démarche révèle ce qu’il est.” Je suis triste que ces hommes qui prétendent nous gouverner se comportent ainsi et je prie pour qu’ils se rendent compte de cette grosse bourde et qu’ils se ravivent à temps. En attendant, il faudrait mieux souhaiter que ceux qui détruisent nos édifices publics ne nous dirigent,
parce qu’étant candidats, ils œuvrent déjà pour la délinquance et l’incivisme.

Une fois élus, seul Dieu sait ce qu’ils feront.
Baba Tandian

PARTAGER
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires