Le MFDC réclame un «cessez-le-feu» immédiat

118

Le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) semble très touché par les opérations de ratissage enclenchées par l’armée dans l’arrondissement de Niassya depuis une semaine. Les ailes politiques du mouvement irrédentiste réunies hier, lundi 07 juin, à Mangokouro dans la banlieue Ziguinchoroise réclament l’arrêt des combats.

« Nous ne pouvons pas prônerla paix et que les autres continuent de faire la guerre ; ce n’est pas une bonne chose. Je ne suis pas dans leur tête pour savoir ce qu’ils veulent. Elle ne s’explique pas du tout, cette guerre-là », déplore Edmon Borra, le responsable de la section Mfdc de Mangokouro. Privilégier la négociation et non le langage des armes ; c’est ce que prônent les responsables du Mfdc qui assimilent ces opérations de sécurisation à une guerre. « Sécurisation ? Ok, c’est leur slogan mais c’est la guerre ; sécurisation pour tuer des gens ! », s’exclame le responsable du Mfdc qui s’explique difficilement une telle situation. « Je ne vois pas pourquoi, tout le temps, la guerre en Casamance. Vraiment, je suis complètement essoufflé, je perds même ma force », martèle-t-il avant d’accuser le gouvernement du Sénégal d’être à l’origine du blocage de tout processus de négociation.

« Le Mfdc est prêt et ne bloque rien du tout. C’est le gouvernement qui bloque », martèle l’ancien maquisard reconverti en responsable de l’aile politique du mouvement. Un arrêt des opérations de ratissage, c’est donc l’appel lancé par le Mfdc. « S’ils le peuvent et s’ils le veulent, ils n’ont qu’à cesser les opérations parce que nous, depuis longtemps, nous sommes dans la dynamique de chercher la paix … », martèle l’ancien bras droit d’Abdou Elinkine Diatta. Avant de poursuivre : « Aujourd’hui, nous avons réuni les différents groupes du Mfdc pour essayer de voir les voies et moyens pour consolider nos efforts dans la perspective des négociations ».

Une sortie des responsables du Mfdc qui survient au moment où l’armée poursuit ses opérations de ratissage dans l’arrondissement de Nyassa. Des opérations de ratissage et de sécurisation que le Mfdc assimile à de la guerre. La rencontre tenue à Mangakouro a cependant brillé par l’absence de certaines factions rebelles comme celle des chefs de guerre Salif Sadio et César Atoute Badiate.

IGNACE NDEYE (sudonline)

0
Months
:
0
Days
:
0
Hrs
:
0
Mins
:
0
Secs
PARTAGER
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments