Barça ou Barzakh : faits renversants (par Ibrahima Thioye)

181

Comment rester indifférent devant ce fléau de l’émigration clandestine qui engloutit de nombreuses vies de jeunes sénégalais dans l’océan? Après avoir écouté un message audio d’un émigré sur WhatsApp et le cri de cœur d’un compatriote qui demande que les voix autorisées s’élèvent pour arrêter cette tragédie, j’ai pensé qu’il serait intéressant de dresser le tableau de quelques faits renversants liés à ce phénomène. Ceux que j’évoque ressemblent à des paradoxes ou à des aberrations largement inspirés par ces messages cités plus haut. Ce qui entretient ledit phénomène est bien connu: désespoirabsence de rêvemal-être profond. L’État, les parents et la société dans son ensemble, en substance nous tous, avons une part de responsabilité face à cette triste situation. Le risque de simplification outrancière est bien présent dans cette description. Dans la seconde partie, j’ai juste évoqué quelques pistes de solution. Loin de moi l’idée d’être exhaustif sur une question aussi complexe.

FAITS RENVERSANTS

1 Les poissons pour les hommes ou les hommes pour les poissons

« Avant, nous embarquions à bord des pirogues pour y mettre des poissons destinés aux hommes. Maintenant, nous embarquons à bord des pirogues pour y mettre des hommes destinés aux poissons ».Les pêcheurs artisanaux affrontent une période de pénurie, provoquée par la présence massive et non régulée de bateaux étrangers hautement sophistiqués qui entrent dans nos eaux pour emporter toutes nos ressources halieutiques. 

2 Ces hommes sont au service de leur guide, mais rares sont ces guides qui élèvent la voix durant ces épreuves difficiles 

Ceux qui embarquent dans ces pirogues de fortune se seraient très certainement battus si l’on formule un quelconque mot mal placé à l’endroit des gens en qui ils croient ; aujourd’hui, eux ils ont des difficultés et ces derniers sont dans un silence embarrassant. Relativisons ce type de propos, car même si nous n’avons pas enregistré de nombreux messages, certains guides ont bien réagi face à ce fléau. Il faut espérer que d’autres voix, suffisamment autorisées,  s’élèvent en direction des parents et des autorités étatiques, avec des messages plus forts, en vue d’arrêter cette hécatombe. Ceux qui partent ont juste besoin de messages qui ravivent l’espoir, le rêve, et redonnent du  sens à leur existence. Nombreux sont également ceux qui attendent des signes concrets d’un début de changement pour prendre conscience et se désillusionner. Mais ne nous leurrons pas, la question centrale pour ce cas d’espèce est celle de la pauvreté et du dénuement.

La coercition a une efficacité limitée devant un phénomène aussi massif 

On remet à la Police des candidats à l’émigration qui sont revenus au bercail, au lieu de les envoyer chez des psychologues pour dissiper entre autres: anxiété, angoisse et traumatisme.

On envoie en prison les capitaines, espérant par-là, qu’on peut freiner le mouvement. D’autres prennent le relais. Demain, il ne faudra pas qu’on soit surpris de voir la formation de gangs armés de type nouveau, n’ayant rien à craindre et prêts à régler la question du dénuement par la terreur. Après avoir vu des étudiants qui prennent le chemin de la migration clandestine, des femmes enceintes et des bébés dans les pirogues, la prochaine étape, si on n’y prend garde, ce sera l’émergence de « bandits » intelligents, prêts à en découdre avec la société pour retrouver leur place.

4 Les richesses lointaines valent plus que celles qui sont chez nous

Ceux qui partent espèrent trouver l’eldorado en Europe, n’ayant pas une exacte idée des richesses qui sont chez nous. Les Européens, eux, savent qu’il n’ y a plus rien chez eux et réfléchissent sur les meilleurs moyens de venir capter ces richesses qui sont dans nos pays.

5 La mort de vielles personnes en Europe contraste avec la mort des jeunes enfants de notre patrie

En Europe, ce sont de vielles personnes qui meurent de la pandémie COVID 19 ; au Sénégal, ce sont des jeunes qui affrontent la mer, au péril de leur vie.

6 Des pratiques communautaires avec un esprit clanique versus des pratiques égoïstes avec un esprit citoyen et républicain (question majeure de notre société)

Nous sommes issus de sociétés communautaires avec une forte présence de la famille et de la communauté (les interactions humaines sont faciles, spontanées et omniprésentes), mais l’horizon mental s’arrête au clan ; l’essentiel c’est que nous nous en sortions, mon clan, ma famille et moi. Chez les européens, la famille est restreinte (tridimensionnelle comme on dit), mais les esprits sont plus ouverts à l’ensemble des citoyens. Les européens font au mieux pour éviter de montrer la mort en direct. Dans la vidéo, malencontreusement diffusée par certains sites, on découvre un spectacle hideux de la mort de nos parents en direct, à travers une pirogue qui voulait accoster un navire. Dans ce spectacle triste, on voit le Sénégal en miniature. Chacun essaie de « tirer son épingle du jeu », en ignorant les autres. Dans une pareille situation, les plus angoissés , les plus impatients sont ceux qui meurent les premiers. Mais dans cette vidéo, il y a une exception : un homme en chemise blanche qui essaie de canaliser les autres. Comment faire pour multiplier ce type de personnage absolument nécessaire pour le Sénégal de demain ?

7 La pêche tue la pêche :  bilan global de l’attribution des licences de pêche

On distribue des licences de pêche à des étrangers au détriment de notre pêche locale. Ces derniers protègent les secteurs de leur pays les plus vulnérables. Au moment où j’écris ces lignes, l’Union européenne est en train de renouveler ses accords de pêche avec le Sénégal. Fallait-il marquer une pause avant ce renouvellement ? A -t-on réalisé des bilans objectifs et exhaustifs de ces opérations  en y incluant tous les coûts (humains, environnementaux etc.) Est-il possible de transformer des industriels locaux en les appuyant et en créant le cadre favorable qui leur permet de mener à bien ce type d’activité et occuper ce marché sans les conséquences négatives sur la pêche artisanale ? Qu’en pensent les spécialistes du domaine ? 

8 Un silence assourdissant : mutisme incompréhensible devant la gravité de cette situation

Tous les acteurs ont saisi la gravité et les causes de cette situation. La recrudescence du phénomène est liée au manque d’emploi, particulièrement dans les secteurs de la pêche. Ces personnes sont désespérées; elles n’ont plus de rêves, et pire, elles vivent un mal-être (celui de voir leur parent dans le dénuement complet, sans pouvoir faire quoi que ce soit). Au lieu de lancer un message fort et rassurant, nos autorités se plongent dans un mutisme assourdissant.

PISTES DE SOLUTION

Prise de parole du Président de la Républiquejournées de deuil national

La prise de parole du président et une ou plusieurs journées de deuil national serviraient comme un catharsis pour donner un coup de frein à ce phénomène. Des jeunes bloggers ou influenceurs ont pris la bonne initiative de déclarer symboliquement ce vendredi 13 nov , journée de deuil. L’État n’a qu’à leur emboîter le pas avec toute la solennité requise. Le président devrait profiter de ces moments pour s’adresser à la nation avec comme unique objectif : créer ce catharsis qui redonne espoir à nos jeunes compatriotes désespérés.

Éventuel téléthon nationalou assistance financière de l’État

Une bonne initiative serait d’organiser un téléthon national pour venir en aide aux pêcheurs et à ceux qui se sont retrouvés dans une situation de précarité suite aux inondations. Ce travail devrait être précédé par l’identification des couches vulnérables. L’idée n’est pas de venir à bout de la pauvreté en une action. Il s’agit surtout de montrer, de façon symbolique, aux candidats et familles  désespérés que la nation est mobilisée autour de cette question. Cela peut contribuer à créer/déclencher  ce catharsis et amorcer le mouvement de prise de conscience et de désillusion. 

Assises de la migration clandestine (incluant un volet sur la pêche qui va se pencher sérieusement sur la question des licences de pêche). Au sortir de ces assises, l’on devrait disposer d’un programme d’urgence et d’un programme à long terme. Ces programmes devraient comporter des mesures assez fortes en ce qui concerne l’organisation de la pêche.

-Accompagnement des jeunes pêcheurs qui veulent changer de métierspar la formation et le mentoring (avec la contribution de l’armée, du secteur privé, des ONG et des personnes bénévoles). Ce volet viendrait en amont du développement de l’auto-entreprenariatsans l’adosser à la politique politicienne.

Appel aux entrepreneurs qui veulent se lancer dans de nouvelles initiatives créant de l’emploi (industrie ou agriculture) avec des incitations financières et des aménagements fiscaux assez intéressants, notamment dans la zone de la vallée du fleuve Sénégal et en Casamance. Je pense qu’il y a de belles initiatives en cours, il faudrait que tous les média en parlent. Je salue l’initiative prise par Youssou Ndour d’accorder aux jeunes entrepreneurs des temps d’antenne pour magnifier le travail qui est fait au Sénégal. 

Je finis avec ces mots de Martin Luther Kingque je vous invite à méditer.

« Dans la vie , tout est relié, dans le véritable sens du terme. Tous les hommes sont pris dans une incontournable trame de réciprocité, dans le tissu d’une destinée unique. Ce qui touche l’un d’entre eux directement les affecte tous indirectement….Je ne pourrai jamais être ce que je dois devenir avant que tu ne sois ce que tu dois devenir, et tu ne pourras jamais être ce que tu dois devenir avant que je ne sois ce que je dois devenir. Telle est la structure inter-reliée de la réalité. »

PARTAGER
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments