Afrique: Selon l’OCDE, il est urgent de freiner la surpêche et réformer le soutien au secteur halieutique

228

Libreville, Gabon — Un nouveau rapport de l’OCDE indique qu’il est urgent d’agir pour freiner la surpêche, améliorer la gestion des pêches et réformer le soutien au secteur, faute de quoi on ne parviendra pas à assurer la conservation et l’utilisation durable de l’océan et de ses ressources comme le prévoyait un objectif clé des Nations Unies.

L’Examen de l’OCDE des pêcheries 2020 se fonde sur une mise à jour et une analyse de la base de données de l’OCDE sur l’estimation du soutien à la pêche (ESP), qui constitue l’ensemble de données à l’échelle nationale communiquées par les gouvernements le plus complet, détaillé et cohérent sur le soutien public à la pêche. D’après cette nouvelle édition, au moins un quart des stocks halieutiques mondiaux dont la situation est connue sont surpêchés et un tiers des pêches ne sont pas gérées comme il le faudrait, ce qui est incompatible avec l’Objectif de développement durable no 14 de l’ONU et la santé de nos écosystèmes.

Le problème est en partie dû aux politiques en vigueur : sur la période 2016‑18, les 39 pays étudiés dans l’Examen ont indiqué avoir soutenu le secteur à hauteur de 9.4 milliards USD, soit 10 % environ de la valeur des prises. Plus d’un tiers de ce soutien était destiné à minorer le coût du carburant, des navires et des engins, ce qui, souvent, encourage la surpêche.

« Les pouvoirs publics devraient cesser de subventionner les moyens de production de la pêche et réorienter le soutien pour qu’il aide les pêcheurs à exploiter leur affaire de façon plus efficace et plus durable », a indiqué Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. « Les pays ont une occasion, dans le cadre de l’OMC, de parvenir à un accord prévoyant la réduction des subventions à la pêche qui sont préjudiciables. Ils doivent la saisir, en vue de recentrer leurs efforts et leurs ressources, limitées, sur la protection et la durabilité de notre océan, de la biodiversité marine et de la subsistance des collectivités côtières. »

Ce rapport fait également le point sur la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), qui sape l’efficacité de la gestion des pêches et menace la durabilité des stocks. Des progrès notables ont été faits ces quinze dernières années dans la lutte contre ce phénomène, notamment dans la mise en œuvre de mesures du ressort de l’État du port, mais il reste du chemin à parcourir pour améliorer la transparence des procédures d’immatriculation et d’autorisation des navires, la rigueur de la réglementation des transbordements et l’utilisation de mesures commerciales propres à renforcer la traçabilité et à empêcher les opérateurs qui pratiquent la pêche INN d’accéder aux marchés et aux services.

Il est fondamental de gérer les stocks avec efficacité pour assurer la durabilité économique, sociale et environnementale du secteur. Mais l’action publique n’est pas toujours au rendez‑vous. Seuls les deux tiers environ des mécanismes de gestion limitent directement les captures et les débarquements déclarés, et seuls un tiers des pays et économies recourent à des totaux admissibles de capture (TAC) dans toutes les procédures de gestion qu’ils notifient.

Les modalités du soutien ont de l’importance. Tant que la pandémie de COVID-19 reste une source majeure de perturbations et d’incertitude pour le secteur des produits de la mer, les pouvoirs publics doivent continuer d’aider celui‑ci. Néanmoins, il ressort de l’Examen que le soutien est plus efficace et plus propice à la durabilité de la pêche lorsqu’il est limité dans le temps, ciblé, dispensé en espèces, et compatible avec les objectifs de durabilité à long terme.

Selon l’Examen, l’expérience montre que l’action publique peut améliorer la productivité, la durabilité et la résilience du secteur halieutique moyennant :

l’abandon des mesures en faveur des intrants et d’une capacité non durable au profit de celles qui aident les pêcheurs à mener leur activité avec plus d’efficacité et de façon durable et à accroître leurs revenus (passant par l’enseignement et la formation, par exemple), ou qui assurent un soutien direct au revenu sans encourager une pêche non viable ;

la suppression des failles règlementaires et l’adoption des meilleures pratiques internationalement reconnues pour lutter contre la pêche INN ;

des investissements assurant que les capacités de gestion, contrôle et surveillance soient suffisantes pour gérer les activités halieutiques de façon efficace et durable, notamment en haute mer, et mettre fin à la pêche illégale.

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien‑être économique et social des citoyens dans le monde entier. (Source OCDE/  

Les habitants des montagnes sont parmi les populations les plus durement frappées par la faim, sous l’effet des pertes de biodiversité et du changement climatique

La Journée internationale de la montagne 2020 est l’occasion de souligner la nécessité de préserver les écosystèmes et d’améliorer les moyens d’existence

Le nombre de personnes vivant dans les zones de montagne et exposées à l’insécurité alimentaire, dans les pays en développement, est passé de 243 à presque 350 millions sur la période 2000-2017.

Rome, le 11 décembre 2020 

Les montagnes abritent la moitié environ des zones névralgiques de la diversité biologique mondiale mais aussi un nombre croissant de personnes qui comptent parmi les plus durement touchées par la faim. C’est ce qu’explique une nouvelle étude publiée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) avec d’autres partenaires à l’occasion de la Journée internationale de la montagne 2020.

L’étude, issue de la collaboration entre la FAO, le Secrétariat du Partenariat de la montagne et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, indique que le nombre de personnes vivant dans les zones de montagne et exposées à l’insécurité alimentaire, dans les pays en développement, est passé de 243 à presque 350 millions sur la période 2000-2017.

Intitulée «Vulnerability of mountain peoples to food insecurity: updated data and analysis of drivers» (La vulnérabilité des populations des montagnes face à l’insécurité alimentaire: données actualisées et analyse des facteurs), l’étude est publiée ce jour à l’occasion d’une manifestation organisée en ligne par la FAO sur le thème de l’importance que revêt la biodiversité des zones montagneuses («Mountain Biodiversity Matters»).

Cette année, la Journée internationale de la montagne vise à souligner la valeur écologique, économique et sociale de la biodiversité des montagnes, un milieu qui abrite 30 pour cent des principales zones de biodiversité de la planète.

C’est dans les montagnes que prend sa source 60 à 80 pour cent de l’eau douce dans le monde, une eau qui est essentielle pour l’irrigation, l’industrie, l’alimentation, la production d’énergie et la consommation humaine. Nombre des espèces végétales et animales exploitées par l’agriculture, et sources de nourriture et de pharmacopée, trouvent leur origine dans les zones de montagne.

Or, il ressort de l’étude commune que les écosystèmes montagneux se fragilisent sous la pression des changements dans l’utilisation des terres, du changement climatique, de la surexploitation, de la pollution, de l’évolution démographique et d’autres facteurs qui menacent les moyens d’existence et la sécurité alimentaire.

«La vulnérabilité des populations de montagne face à l’insécurité alimentaire, dans le monde en développement, est aggravée par les risques de catastrophes naturelles et les conflits armés, qui perturbent les moyens d’existence ou créent des tensions sur les ressources naturelles dont dépendent ces populations» conclut l’étude.

Il ressort aussi de l’étude que la dégradation de l’environnement a des répercussions disproportionnées sur les populations des montagnes. Le changement climatique a entraîné une dégradation des écosystèmes montagneux et une incidence accrue des catastrophes naturelles, telles que les glissements de terrain et la sécheresse. Environ 275 millions de ruraux pauvres exposés à l’insécurité alimentaire vivraient dans des régions montagneuses ayant déjà subies des catastrophes naturelles.

La pandémie de covid-19 a ajouté une situation d’urgence à des conditions qui étaient déjà difficiles, du fait que les restrictions imposées par les pays ont amplifié les vulnérabilités des communauté montagnardes dont la survie repose sur l’agriculture et le tourisme.

«Dans les régions rurales montagneuses des pays en développement, une personne sur deux ne mange pas suffisamment pour mener une vie saine, et ces personnes subissent maintenant les incidences de la pandémie de covid-19», «nous devons protéger nos montagnes et les moyens d’existence qui en dépendent», a déclaré Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO au sujet des conclusions de l’étude.

Les auteurs de l’étude commune recommandent d’agir d’urgence contre le changement climatique et pour éliminer l’insécurité alimentaire et la malnutrition dans les régions de montagne. Ils demandent que soient mises en place des politiques visant à améliorer la résilience des écosystèmes montagneux et à promouvoir des systèmes alimentaires durables qui favorisent l’innovation, la recherche et la participation des communautés.

«En dernière analyse, l’objectif de la présente étude est d’appeler les décideurs et les autres parties prenantes à renforcer la coopération en vue de réduire la vulnérabilité des populations des montagnes, en particulier des communautés locales et des peuples autochtones, et des plus vulnérables d’entre eux, qui sont souvent les femmes et les enfants» est-il expliqué dans l’étude.

Le Partenariat de la montagne, une alliance des Nations Unies fondée sur le volontariat et qui regroupe 400 membres – gouvernements, ONG et autres – œuvre à l’amélioration des moyens d’existence et de la gestion des ressources naturelles dans les communautés de montagne.

La manifestation en ligne comportera un débat de haut niveau, une session sur les actions et les programmes de collaboration, et une table ronde à laquelle participeront les ambassadeurs de bonne volonté du Partenariat de la montagne.

Mme Yuka Makino, coordonnatrice du Secrétariat du Partenariat de la montagne, à la FAO, animera la manifestation en collaboration avec M. Jake Norton, alpiniste et cinéaste et ambassadeur de bonne volonté du Partenariat.

PARTAGER
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments