QUI EST AL-WALID BEN TALAL, LE PRINCE SAOUDIEN AU CŒUR DES RUMEURS DE RACHAT DE L’OM ?

234

Alors que des rumeurs de vente de l’Olympique de Marseille, actuellement détenu par l’Américain Frank McCourt, sont de retour, le nom d’Al-Walid Ben Talal est évoqué. Mais qui est-il ?

Ces dernières années, sur Twitter, son nom n’est jamais bien loin dès que le hashtag #VenteOM fait son apparition. Ce prince saoudien, 45e fortune mondiale en 2017 selon Forbes (environ 18,7 milliards de dollars, soit 17,3 milliards d’euros), faisait déjà partie des prétendants pour s’offrir le club olympien en 2014.

De son nom complet, Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud est âgé de 62 ans. D’origine saoudienne et libanaise, il est le petit-fils de deux figures historiques du monde arabe : le roi Abdelaziz al-Saoud, fondateur de l’Arabie saoudite, et Riad al-Solh, premier chef de gouvernement de l’histoire du Liban. Pour aller un peu plus loin, il est également lié au Maroc puisqu’il est aussi le cousin de Moulay Hicham, cousin de l’actuel roi chérifien, Mohammed VI. Mais il est aussi et surtout le cousin de Mohammed ben Salmane, prince héritier et homme fort de Riyad.

DÉFENSEUR DES DROITS DES FEMMES

Diplômé de grandes écoles américaines, cet homme d’affaires a créé, en 1979, sa société Kingdom Holding Company, une société internationale d’investissement spécialisée dans la construction et l’immobilier, qui possède notamment l’hôtel de luxe George V à Paris. Il en détient aujourd’hui 95%. Al Walid ben Talal possède également des participations dans les sociétés comme Twitter, Snapchat ou 21st Century Fox ainsi qu’Euro Disney SCA (10%).

C’est aussi un philanthrope. En 2013, avec la princesse Ameera al-Taweel, son ex-femme, il a fondé «Awaleed Philanthropies», qui s’engage à activer ses réseaux pour financer notamment des projets d’énergies renouvelables en Afrique.

Ces dix dernières années, Al Walid ben Talal a cultivé l’image d’un investisseur rusé, partisan d’une modernisation de l’Arabie Saoudite. Défenseur des droits des femmes, il avait lancé en 2016 un vibrant appel pour que les femmes obtiennent le droit de conduire et avait déploré «le coût économique» de l’interdiction de volant pour les Saoudiennes. Un an plus tard, son appel avait été entendu.

Au niveau politique, il s’en est pris au président américain, Donald Trump, qui avait proposé, alors qu’il était en campagne pour les primaires républicaines, d’interdire aux musulmans d’entrer aux Etats-Unis. Il avait posté sur Twitter : «@realDonaldTrump vous êtes une honte, non seulement pour le GOP (parti républicain) mais aussi pour toute l’Amérique. Retirez-vous de la course pour l’éléction présidentielle américaine, jamais vous ne l’emporterez.» 

Dans une affaire d’opposition de son père à la nomination de son cousin Mohammed ben Salmane comme prince héritier, il est arrêté, dans la nuit du 4 au 5 novembre 2017, par les autorités saoudiennes sur ordre du prince héritier pour corruption. Après trois mois de détention et de discussion, il est libéré.

Du côté sportif, Al Walid ben Talal n’est pas très investi. Supporter du club d’Al-Hilal, dans lequel évolue notamment Bafétimbi Gomis, il avait fait un don de 400.000 euros en 2018. 

Reste désormais à savoir si les rumeurs de rachat de l’OM de sa part, qui existent depuis 2014, sont vraies. Selon les derniers chiffres, si Frank McCourt vend le club marseillais, le futur acquéreur devra débourser 250 millions d’euros. Affaire à suivre.