Les éditorialistes du chef…

241

L’idée d’écrire ces quelques lignes nous a traversé l’esprit suite à la lecture de la chronique de Madiambal Diagne intitulée « Finalement, ils ont fait pire que les Wade avec nos terres ». La dernière publication dans les « Lundis de Madiambal » dans son journal Le Quotidien édité par son groupe de presse « Avenir Communication ». Diagne expose la boulimie foncière des tenants du régime actuel avec des actes posés depuis le premier gouvernement de Macky Sall dirigé à l’époque par Abdoul Mbaye. Voilà un ami courageux sur lequel, il est difficile de compter tout le temps.

Il a été dit et redit, jamais autant de journalistes ne sont engagés politiquement ou à travers leurs écrits à côté d’un président sénégalais comme Macky Sall. Certains ont tourné le dos à la profession pour s’engager complètement. On peut en citer Abdou Latif Coulibaly, Racine Talla, Yakham Mbaye (que l’on retrouve dans un autre lot), Aminata Angélique Manga, Souleymane Jules Diop, El Hadji Hamidou Kassé, Abou Abel Thiam, Alioune Fall et bien d’autres. Certains n’ont pas coupé complément les amarres avec le métier comme Yakham Mbaye, directeur Général du quotidien national Le Soleil ou encore Issa Thioro Gueye de la RTS avec son mouvement dénommé «Beug Sénégal. Là où beaucoup d’autres sont dans le métier et sont taxés de rouler pour le chef de l’Etat et certains comme Madiambal Diagne ne cachent pas leur amitié avec Macky Sall.

Mais le constat est que tout ce beau monde ne peut pas orienter les médias sur un sens ou un autre dans les intérêts de leur patron et ami commun, le chef de l’Etat. Cela s’explique par la liberté de la presse qu’on peut accuser de tous les noms d’oiseaux mais qui  fait la place à toutes les opinions. D’ailleurs à côté des autres communicants du pouvoir, il faut relever que ces gens-là ne sont pas très prolixes en matière d’écriture. Ils préfèrent faire le tour des débats télévisés et honorer d’autres rendez-vous radiophoniques. Tout compte fait, le président Sall manque de grands éditorialistes. Surtout que en face des plumes alertes et libres sont toujours prêtes  à dire non. Nous pensons à Serigne Saliou Gueye, Mamadou Oumar Ndiaye, Mamadou Sy Albert…

Transmediatik