CORONAVIRUS : LE COACH DE SHEFFIELD UTD NE FORCERA PAS SES JOUEURS À JOUER

195

En position favorable pour accrocher un éventuel ticket européen pour la saison 2020-21, Chris Wilder n’oublie pas pour autant la santé de ses joueurs, en première ligne face au Covid-19.

« Si n’importe quel joueur venait me voir pour dire : « ce n’est pas pour moi », je le respecterais ! » Chris Wilder, l’entraîneur de Sheffield United, septième de Premier League au moment de l’interruption du Championnat au début du mois de mars (Ndlr, à deux points de la 5e place qualificative pour l’Europa Ligue et à cinq de la 4e,synonyme de Ligue des Champions), a décidé de jouer cartes sur table avec ses « protégés ».

Il a ainsi assuré sur BeIN Sport qu’un joueur de son effectif, craignant pour sa santé face au Covid-19, ne serait pas forcé de jouer. On le sait, la Premier League, stoppée il y a quasiment deux mois alors qu’il restait encore neuf journées à disputer, travaille actuellement sur le “Project Restart” qui doit lui permettre de reprendre et terminer la saison. Des matches à huis clos et sur un nombre limité de stades sont à l’étude, mais les négociations entre les 20 clubs de l’élite sont très âpres. 

Prendre de la hauteur 

Ces deux points se heurtent en effet à l’opposition notamment des clubs mal classés qui voudraient bénéficier, si ce n’est du soutien de leurs supporters, au moins de leurs repères sur leur terrain pour défendre au mieux leurs chances dans la course au maintien. En outre, les nombreuses incertitudes sur le protocole médical qui sera mis en place nourrit aussi beaucoup de craintes parmi les joueurs et les staffs, rendant improbable un vote lundi, lors de la prochaine assemblée générale.

Dans cette affaire, «l’une des choses légèrement décevante est que les gens se déterminent selon leur propre place au classement. Je pense qu’il faut prendre un peu de hauteur», a alerté ce même Chris Wilder. Ce dernier reste cependant persuadé que l’Angleterre suivra le chemin tracé par la Bundesliga qui reprendra la semaine prochaine et que la saison ira à son terme, contrairement aux Pays-Bas, à la France et très probablement à la Belgique. 

« Je pense qu’on doit finir la saison, quel que soit le temps que ça prend (..) Je pense que tous ceux qui sont bien informés comprennent les implications d’une annulation de la fin de saison. D’un point de vue financier mais d’un point de vue social et moral aussi. »