“C’est rare, une femme qui pense” : le nouveau préfet d’Ile-de-France accusé de propos sexistes

154

L’ex-secrétaire général du gouvernement est au cœur d’une enquête publiée par Le Monde jeudi 6 août. Visé dans une note écrite par les conseillères de l’Elysée en mars 2018, Marc Guillaume est accusé de propos et comportements sexistes au sommet de l’Etat.

“C’est rare une femme qui pense… et c’est beau aussi, surtout quand ça porte une jupe.” D’après une enquête publiée par Le Monde ce jeudi 6 août, voilà le genre de propos que tenait Marc Guillaume en pleine réunion interministérielle alors qu’il était secrétaire général du gouvernement. Le quotidien du soir a révélé l’existence d’une note rédigée par les conseillères de l’Elysée en mars 2018 et adressée à la secrétaire générale adjointe de la présidence de la République. Dans ce courrier, toutes font état d’une ambiance misogyne au sommet de l’Etat et, sans le nommer, accusent ce haut fonctionnaire de remarques sexistes mais aussi de tenir à l’écart les femmes. Interrogé à ce propos dans l’article, il a affirmé ceci : “La misogynie m’est, dans ma vie comme dans mes responsabilités, totalement étrangère.”

Nommé récemment préfet de Paris et d’Ile-de-France 

Une note qui, selon le quotidien du soir, a participé au congédiement récent de Marc Guillaume de son poste de secrétaire général du gouvernement, qu’il occupait depuis 2015, à l’occasion du dernier remaniement. Il a finalement été nommé préfet de Paris et d’Ile-de-France le 22 juillet dernier. Cet article a largement fait réagir la classe politique sur Twitter :